L’Airétiq

Nuit Debout ! Un acte de portée politique dans le transfert social
De la CIA à la Mafia, d’Hiroshima à Fukushima, de Fukushima à Fukuyama, l’odeur capitaliste de la fin de l’histoire résonne avec Nagasaki, triomphe de l’État post-nazi Dans notre monde accidentalisé, nous nous apprêtons à vivre un effondrement, pour l’instant encore larvé. Mais les larves éclosent aujourd’hui à une vitesse capitalistiquement exponentielle. Des élections étasuniennes aux élections françaises, des situations sociales clivées aux vies concurrentielles (...)
Lire la suite
Tenir le pas gagné
Entretiens réalisés avec Colette Soler entre le 12 novembre et le 16 décembre 2016
Lire la suite
Rature et diagramme en psychanalyse sociale
Si l’origine du transfert social repose sur le fait qu’un « individu est un être social pris dans un mouvement transférentiel avec les autres individus dans le cadre des rapports sociaux de production »...
Lire la suite
Il n’y a pas de rapport social
Le célèbre aphorisme lacanien « Il n’y a pas de rapport sexuel », au-delà de son inspiration dans la théorie des ensembles...
Lire la suite
No hay relación social
El conocido aforismo lacaniano “no hay relación sexual”, más allá de su inspiración en la teoría de conjuntos...
Lire la suite
Lire la suite
Le Citoyen usagé
Je voudrais commencer par inscrire ce que je vais dire dans ce que j’appellerais l’orbe de la psychanalyse — dans son orbe, entendons dans son orbite, c’est-à-dire, à la fois, dans le mouvement de sa révolution (orbis) et dans l’espace que cette révolution circonscrit. Mais je jouerais immédiatement d’une homonymie, par où j’aimerais marquer le savoir insu dont elle fait tant son objet que sa question, en précisant que ce mot — orbe — quand il est pris comme (...)
Lire la suite
Lire la suite
Nuit Debout ! Un acte de portée politique dans le transfert social
Pourquoi nous laissons nous tuer par le capitalisme pourrissant ? Pourquoi consentir à une vie de tué ? Une caractéristique essentielle du phénomène Nuit Debout ! consiste en l’expression du refus d’un système politique. De même qu’en 1968 et pour l’instant la comparaison s’arrête là, il est exprimé autre chose que des revendications partielles. À partir de la signification de cet acte posé, et quelle que soit l’issue du mouvement Nuit Debout ! lui-même aujourd’hui (...)
Lire la suite
Nuit Debout ! Un acte de portée politique dans le transfert social
Le concept de transfert social, soit ce qui se transfère comme valeurs de fonctionnement mental dans le social, dépend étroitement des rapports sociaux de production. Par le biais de la question de la valeur, il n’est pas sans lien avec la critique de l’économie politique, j’y reviendrai.
 Ce concept m’a permis de mettre en évidence les deux schémas fondamentaux concernant les civilisations et leurs hiatus. Ils ont été exposés précédemment. La construction (...)
Lire la suite
Nuit Debout ! Un acte de portée politique dans le transfert social
L’outil psychanalytique du transfert social Que peut dire un psychanalyste sur les phénomènes sociaux et politiques ? La seule façon sérieuse de procéder, me semble-t-il, est de partir d’une pratique et de pouvoir en dire, avec les aléas de ce dire dans ce qui se socie, ce qui fait socius. Je suis en total désaccord sur ce point avec Slavoj Zizek : le primat de la pratique sociale exprimé par Marx et Engels dans L’Idéologie Allemande est absolument essentiel (...)
Lire la suite
Psychanalyse sociale et pulsion
Le transfert dans le dispositif analytique est conditionné à la fois par un objet perdu, nommé petit a par le psychanalyste Jacques Lacan, et par un déplacement de signifiants (lequel se donne à entendre dans les formations de l’inconscient telle la fumée du rêve de Dora qui renvoie au fait que Freud fume en séance). Et chacun sait le rôle de la pulsion orale dans le tableau hystérique et son corollaire, le sein. Autrement dit, si « le transfert est ce qui (...)
Lire la suite
Contribution à la dialectique de l’imaginaire social et du transfert social
Le transfert en psychanalyse advient comme défense à l’approche du noyau traumatique (la parole de l’analysant soumise à l’épreuve de l’association libre) et il permet aussi que quelque chose du trauma puisse se symboliser (dans les formations de l’inconscient tel le rêve dit de transfert). Cet alpha et cet oméga constitue le mouvement de la cure analytique du névrosé repéré par Freud puis par Lacan. Qu’en est-il du transfert social à cet égard ? L’erreur (...)
Lire la suite
Nuit Debout ! Un acte de portée politique dans le transfert social
Un acte politique nouveau, premiers repères. Nuit Debout ! est-il un évènement politique des plus conséquents en France en ce début de XXIe siècle ? Je réponds : oui ! Sans réserve. Sa portée a la possibilité de signifier et d’augurer un temps de transformation sociale radicale, quelle que soit l’issue momentanée ou séquentielle du mouvement lui-même. Je persiste, en sachant que lorsque j’écris ces premières lignes le 1er juillet, le quotidien Le Figaro titre : «  (...)
Lire la suite
Lire la suite
La science romantique d’Alexandre Luria
Alexandre Luria, psychologue russe, est mondialement reconnu comme le fondateur de la neuropsychologie classique. Son travail scientifique sur les neurosciences est marqué par deux points : son intérêt pour le fait concret en psychologie et l’influence freudienne. Cela l’écarte du discours universitaire en Union Soviétique à cette époque. Cette orientation « romantique » aboutit à l’écriture de 2 cas cliniques : La prodigieuse mémoire et L’homme dont le monde volait (...)
Lire la suite
Les Abondances Altières
Fulgurance de la lumière, corps propulsés, genre performés, géométries glorieuses, temps puissants, mouvements toujours naissants, images immodérées. Le travail de Morcrette à la fois inscrit une signifiante empreinte, sollicitant tout l’œil, inspirant une révérence d’ensemble. Quelle que soit la sensation induite, l’œil s’ouvre à l’amplitude, la part grandiose des scènes imaginées par la photographe. Mais s’il ne s’agissait que de cette captation par la dilatation (...)
Lire la suite
Catherine Millot, entretien
Comment définiriez-vous aujourd’hui la psychanalyse : un art de la vérité, une assomption (au sens hégélien de l’Aufhebung) des renoncements, bref un assentiment fécond à la perte, ou simplement la justesse d’une écriture de soi ? Un art de la vérité pourquoi pas. Toutefois la vérité, il ne faut pas se prosterner devant. Je dirai davantage que la psychanalyse est comme quelque chose qui va vers des points de butée de réel. La cure est bien ce qu’en disait Lacan : (...)
Lire la suite