AirétiQ

, par Sophie Lac

Le fond de l’Air est-il rouge ? Ou a-t-il juste l’air, comme ça, l’air de rien, sans qu’on n’y soit pour rien. Parce que, comme si de rien n’était, le temps passe, et nos mines blafardes hantent les rues, pensant que rien ne va plus.
Eh oui, nos soucis, semblent n’être que trois fois rien, mais nous avons la sensation d’être des bons à rien, à force de dire « De rien » quand l’autre nous « remercie ».
Étiques, sommes-nous, ou bien étiquetés, au rythme des tics de langage qui nous abîment et nous terrent, à force de nous taire.
Alors, qui sont ces mots, qui sans les évidences, dansent et se densifient pour devenir des hérésies, des lettres, des morts-sur des trous. Car, on en vient jamais à bout, et nous cherchons toujours à bout, les fins mots de l’histoire.
Hérétique, ton nom sonne comme la fin d’un bon sens, des bons sentiments, qui dictent les passages, à prendre sans errance. Airétiqs, ou délirants, en dehors des lignes figées, ici se trouvent des mots qui se mettent à chanter.

Sophie Lac

Enregistrer au format PDF
Référence pour citer l'article : Sophie Lac, « AirétiQ », L'Airétiq [en ligne] (3 juin 2016), http://www.lairetiq.fr/AiretiQ (page consultée le 11 octobre 2017)