Pékin-Lambda

, par Hervé Hubert

Chroniques du Pékin-Lambda… Qu’es aquo ? questionnera depuis l’oc un Occitan, se distinguant ainsi du Kesskecé moderne dérivé de l’oïl.

  • C’est à partir d’une affirmation qu’une division est apparue dans une partie de l’Europe. Le poète Dante dans le De Vulgati Eloquentia (1304- 1308) propose une vision sommaire « triparlière » du latin parlé en Europe : « […] car certains pour affirmer disent oc, d’autres oïl, d’autres si ».
    En effet si oïl a donné « oui », oc est comme lui dérivé du latin hoc, neutre de hic, qui était employé au sens de ita : « c’est ainsi ».

C’est ainsi qu’est né le Pékin-Lambda : c’est ainsi ! Il y a une division fondamentale parmi les humains et la diversité des langues témoigne des différentiels de réponse aux traumatismes qui ont marqué l’humanité, du côté du corps et de sa pulsion invoquante. L’histoire des langues est une géographie, un corps à corps produisant des élévations et des descentes, entrecoupées de plats, dans un transfert de valeur, Wertübertragung, des sons venus du corps qui prennent signification de jouissance individuelle et collective marquant une propriété territoriale, un état.
Les langues corporelles portent des formes-valeurs d’échange entre les humains et leurs rapports meurtriers indique Marx dans Le Capital, saisissant le langage comme une production sociale.

JPEG - 74.1 ko
La lalangue
© Eve Morcrette

Le troumatisme de la lalangue cher à Lacan approche, sans le trouver cependant, ce fondamental du meurtre décrit par Freud. Je reprends ce meurtre comme moteur insu du transfert de formes-valeurs dans nos civilisations via l’apport de François Châtelet qui indique de façon forte et décisive : « À l’origine de la civilisation, on pourrait dire aussi bien du pouvoir, de l’activité politique, notait Totem et Tabou, il y a un meurtre, origine de l’alliance des meurtriers et de leur commun remords » Abandonnons la mystification freudienne de l’origine qui se redouble ici dans la citation, pour travailler la fonction et la valeur du meurtre, sa fonction et sa valeur de trou et de ses deux effets non exclusifs mais toujours responsables chez les personae d’oscillations des plus contradictoires : la copulation et la séparation. Ainsi naît le motérialisme historique pour détourner un néologisme de Lacan. C’est dans la pratique du Dire qu’à partir du trou de l’énonciation que se produisent deux opérations opposées, la copulation et la séparation, qui ne sont pas sans lien avec les formes valeurs d’accent tonique et de rythme linguistique.
Cette pratique du Dire est la base de la psychanalyse souligne Lacan lors de l’ouverture de la Section Clinique à Vincennes en 1977.
C’est à partir de cette pratique matérialiste du Dire que s’est fabriqué l’Atelier Translangues dans notre association de psychanalyse sociale : Dire en différentes langues ce qui se socie à partir du choix d’un mot tiré au sort dans notre collectif. Cette première phase du travail commun associe, délire, déborde autant qu’il soit possible dans un groupe humain, temps troués, temps copulés, temps séparés. Un autre moment de travail dans le groupe serait celui d’une élaboration rationnelle, à distance, privilégiant l’étude historique des significations de jouissance des mots dans telle ou telle langue.

Ce sont ces restitutions de séances, de récits faits à partir de cet atelier Translangues qui vont nourrir ces chroniques du Pékin-Lambda.

Pékin-Lambda… Un signifiant fait pour marquer les divisions entre le mode de production asiatique des langues et le mode de production occidental ? Un jeu de mot pour signifier ce que dénonce l’hérétique : le sens commun ? Un signifiant qui passe du trait d’esprit au trou de lalangue : une-bévue dans la fabrique possible d’une philosophie de l’histoire du motérialisme historique ?

L’apparence du hasard a fait transfert sur la guerre — ce qui sépare par le meurtre — dans ce choix signifiant du Pékin-Lambda. En effet, aussi bien pour un « péquin » que pour le « lambda » qui s’associent pour qualifier ensemble un quidam, le rapport à la langue des militaires est de mise : pour « lambda », c’est la lettre choisie par une école militaire prestigieuse, l’École Polytechnique, afin de qualifier l’élève qui représente une moyenne ordinaire dans la valeur des résultats et pour le « péquin » il s’agit d’un terme d’argot militaire, qui dévalorise le citoyen civil, celui qui n’est pas militaire. Une controverse existe quant à la genèse du mot. Certains penchent vers le rapport à la Chine et d’autres vers le rapport à la langue d’oc… Pour le « péquin-Pékin », la signification différentielle est à l’ordre du jour entre le civilis et le militaris. Il fut un temps en France où se confrontaient les fédérations militaires et les fédérations de cantons (civiles). Cela serait par un trait d’esprit, une bévue, que des militaires auraient associé canton et la ville de Canton pour fabriquer une forme de dévalorisation du signifié « canton » en faisant référence à Pékin qui commandait Canton… D’autres penchent vers l’occitan pequin qui signifie « petit » comme pequeno en portugais. Retour des rapports de domination géographiques et militaires, meurtriers donc, entre l’oc et l’oïl. Dans ces rapports de domination, nous n’en avons pas fini en ce débat autour de l’oïl et de l’oc : la langue de l’impérialisme n’a-t-elle pas créé Oil and co ?…

Pékin-Lambda n’est autre que le quidam qui signifie simple mortel par rapport aux Dieux ou hommes de pouvoir. Ce simple mortel est l’homme de la rue qui peut aussi provoquer l’effet Quidamus : le simple quidam par sa seule présence bouleversant l’orde des Dieux ou des Puissants de ce monde, bévue ambulante dans l’ordre de jouissance.

Que Pékin orthographe reconnue de Péquin vienne d’un rapport à la Chine ou d’un rapport à l’oc, la question de l’ordre post-révolutionnaire est en jeu. Un péquin serait apparu en 1799 forgé par les militaires du Midi de la France pour créer un plus-de-jouir dans leurs rapports aux civils ou bien dans la différenciation des fédérations de cantons (municipalités) et des fédérations militaires issues de la constitution de l’an III, dans un rapport de colonisation envers la Chine. L’ordre Napoléonien post-révolutionnaire est en question en tous les cas dans le traitement politique de l’égalité entre les Français inauguré en 1789. L’ordre hégélien n’est pas loin donc, Hegel s’extasiant à Iéna d’avoir vu avec Napoléon, l’Esprit à cheval…

La question de la valeur d’un humain dans son rapport à un autre humain posée par Marx dans son concept de transfert de valeurs, Wertübertragung, est à l’œuvre dans notre travail de Translangues, forme-valeur qui noue les mots aux corps et aux images.

C’est ainsi que nous avons choisi d’illustrer Translangues ici même, confrontant le Lambda grec et le Rén chinois. Rén caractérise l’humain, personne debout et Lambda, onzième lettre de l’alphabet grec issu du phénicien et donc de l’égyptien, désigne aussi en anatomie un rapport avec l’humain, le point du sommet du crâne situé au sommet de l’os occipital et à la rencontre des deux pariétaux… Confrontation de graphies également et le rapport de similarité n’est là que pour stimuler les poids de l’une-bévue.
C’est ainsi, notre travail a pour base la psychanalyse sociale et donc le primat de la matérialité de la pratique sociale, ici la fonction sociale de la Wertübertragung de la corps-sistance des mots ou mieux le miroir de valeurs des mots pris dans leur corporéité en chair et en os.

Hervé Hubert

Enregistrer au format PDF
Référence pour citer l'article : Hervé Hubert, « Pékin-Lambda », L'Airétiq [en ligne] (11 juin 2016), http://www.lairetiq.fr/Pekin-Lambda (page consultée le 10 octobre 2017)

Bibliographie

Dictionnaire historique de la Langue française, sous la direction d’Alain Rey, Le Robert, Paris, 1998, tome 2, p. 2427.
Jacques Lacan, Séminaire « L’insu que sait de l’une-bévue s’aile à mourre », 1976-77, inédit.
Karl Marx, Le Capital, Livre I, PUF, Paris, 1993, coll. « Quadrige ».